Retour accueil Népal

 

Visites

 

Bhaktapur


>> Bhaktapur, aussi appelé Bhadgaon, 1401m d'altitude, se situe à 12km de KTM et a été fondée au XIIème siècle par le roi Anand Dev Malla. C'est une des 3 anciennes villes royales de la vallée, avec Kathmandu et Patan. Comme chacune des 3 anciennes villes royales, Bhaktapur possède sa place du palais du roi (Durbar Square). Ces places sont l'occasion d'admirer de splendides monuments et de faire un bond de quelques siècles dans la passé.

Sur le trajet qui mène à cette ancienne cité, nous nous arrêtons sur les bords de l'étang sacré Siddha Pokhari dont nous faisons le tour. On peut y observer de nombreux (et gros) poissons, la pêche étant bien entendu interdite. C'est aussi un lieu de prédilection pour les amoureux.

L'entrée du quartier historique de Bhaktapur est payante (250 roupies). La circulation y est fortement restreinte. Nous sommes directement sur Durbar Square avec de magnifiques temples, statues et autres portes aux jolis ornements. Pas drôle, nous passons un lieu de sacrifice d'animaux, lesquels sont toujours d'actualité lors de certaines commémorations. La visite se poursuit après un sympathique repas sur Taumadhi Square. La visite de la ville est très agréable et remplie de petits coins sympathiques propices à des rencontres avec les népalais. Par ici, une boutique (The Peacock Shop, littéralement 'La boutique du paon') où l'on peut discuter avec l'artisan (merci guide !) et visiter l'atelier de fabrication de papier, par là, dans une petite cour on tombe sur des statuettes qui servent à la prière pour les habitants du quartier. Et les enfants en train de jouer, en costumes d'école, qui se prêtent au jeu de la photo sans quémander et se tordent de rire en se voyant sur l'écran de l'appareil photo. Moments simples et magiques. Les premiers réflexes commencent à prendre forme : contourner les temples par la gauche (tourner dans le sens des aiguilles d'une montre, c'est le sens dit cosmique) ou saluer nos interlocuteurs d'un "namaste" avec les mains jointes. On traîne dans les ruelles de la ville, il faudrait rester une journée entière mais voilà, la visite de Bodnath nous attend. Passage obligé devant les poteries et retour à l'entrée du site.

Impression laissée par Bhaktapur : c'est super. Beaux monuments et on peut se promener tranquillement, sans se sentir oppréssé par les voitures, les klaxons, la foule. On à l'impression de vivre le passé. Il paraît que Patan est magnifique également, nous n'aurons pas l'occasion de le vérifier. Patan est à dominante bouddhiste, Bhaktapur hindouiste.

>> Retrouvez le récit de cette visite :

>> Retrouvez l'intégralité du récit de mon voyage :

>> Carte de Bhaktapur :

>> Les photos de mon passage à Bhaktapur :

Bodnath


>> Bodnath, aussi appelé Boudhanath, est un haut lieu du bouddhisme. Situé à 5 km au nord-est de Katmandu, tout proche de Pashupatinath, son stupa est splendide, un des + haut du monde et le + haut de la ville (40m). Il date du XIV ème siècle. A voir absolument ! Un stupa est un monument dédié à Bouddha, c'est un lieu de méditation, de prière. Souvent il abrite une ou des reliques. La base du stupa de Bodnath symbolise la terre, le dôme l'eau, la flèche le feu, l'ombrelle l'air et enfin le pinacle symbolise la sphère céleste. Sur chacune des 4 faces de la flèche en forme de pyramide sont peints les yeux de Bouddha, qui voit tout. Cette pyramide est composée de 13 étages, chacun étant une étape menant au Nirvana. Tout autour du stupa, on trouve de nombreuses niches avec des moulins à prières et des statues de Bouddha.

L'accès au site est payant (100 roupies), il y a un peu de monde. Il est là, grandiose, et les yeux de Bouddha sont presque troublants. Je suis surpris et désolé de voir toutes les constructions qui entourent le site. Le stupa semble étouffer au milieu de cette urbanisme qui s'est développé de façon anarchique. Des moulins à prières et des statuettes sont disposées tout le long de la base du stupa : "Om Mani Padme Hum". Notre guide nous explique l'importance du site pour les bouddhistes et la symbolique du stupa : le stupa est en fait un gigantesque mandala.

Un escalier mène sur le stupa ce qui permet d'avoir une vision d'ensemble de la zone et de resentir la spiritualité du lieu malgré les touristes qui tranchent un peu. On voit des gens prier, on est un peu gêné de perturber leur recueillement. Le même sentiment que lorsqu'on entre dans une église pour prendre des photos alors que des gens prient.

Un temple de moines bouddhistes, Sakyapa Gompa, est à visiter (gratuit), lui aussi avec des moulins à prières à son entrée. On peut voir à l'intérieur une magnifique statue, des moines méditer et les dons des fidèles. Une école de peinture se trouve à proximité du stupa. Elle présente deux avantages : on peut y voir des peintres pratiquer leur art et la vue sur le stupa est superbe ! De jolis mandalas sont à vendre dans l'école de peinture.

Nous passons un peu de temps sur le site à flâner. Le soleil décline sur l'horizon modifiant les couleurs du stupa que je ne me lasse pas d'observer et de redécouvrir à la faveur d'un nouvel éclairage. Le soleil se couche de bonne heure ici, 17h30 environ. Il est temps de partir et de reprendre la direction de l'hôtel.

>> Retrouvez le récit de cette visite :

>> Retrouvez l'intégralité du récit de mon voyage :

>> Carte de Bodnath :

>> Les photos de mon passage à Bodnath :

Parc National de Chitwan


>> Dans le Téraï, partie sud du Népal qui s'étant jusqu'en Inde, se trouvent plusieurs parcs ou réserves, dont le parc national de Chitwan. Les décors n'ont plus rien de commun avec ceux de la montagne : ici, tout est plat, les maisons du village ont des toits de chaume. A l'hôtel, la chambre paraît presque luxueuse par rapport à ce que l'on a connu dans les lodges du trek !

Nous avons visité un village Tharu, près de l'hôtel. Ici, les habitants vivent grâce à lui car l'hôtel achète leurs productions (volaille, céréales...). De nombreux enfants nous suivent pour nous dire bonjour ou nous tenir la main et toujours sans demander d'argent. Le guide doit disperser tout ce petit monde et nous explique comment vivent les habitants. Nous allons à la rencontre de plusieurs d'entre eux et assistons à leur vie au quotidien. C'est une virée très intéressante et les rencontres se font dans la bonne humeur. De case en case, le guide explique comment sont construites les maisons, à quoi sert tel outil ou encore comment vit la famille au quotidien.

Parmi les activités que nous avons faites sur le parc :
  • balade à pied le long de la rivière pour découvrir les oiseaux autochtones. Equipé de jumelles et d'un livre d'ornithologie, notre guide nous donne une petite leçon de nature.
  • balade en barque en bordure du parc de Chitwan où nous avons croisé des crocodiles (sans doute en phase de réveil, ils n'étaient pas trop actifs), des paons sauvages, des martins pécheurs et autres gentils volatiles. Sur une des rives, la jungle nous apporte son lot de bruits en tout genre et inhabituels pour nous.
  • balade dans la forêt avec notre guide à l'affût des bruits mais aussi des animaux que l'on pourrait croiser. Ce sera la cas d'une sorte de grosse biche... clic-clac, dans l'appareil photo.
  • ferme aux éléphants où l'on peut voir des petits. Ca fait toujours un pincement au coeur de voir ces animaux privés de vraie liberté. Petit tour dans une salle retraçant l'histoire des éléphants au Népal (région du téraï).
  • déplacement en taxi-charrette !
  • virée à dos d'éléphant dans la jungle. Nous avons rencontré assez rapidement une maman rhino et son petit, puis tout un groupe de rhinos. Durant le "safari", rencontre d'un troupeau de cervidés et quelques spécimens d'araignées...
>> Retrouvez le récit de cette visite :

>> Retrouvez l'intégralité du récit de mon voyage :

>> Carte de Chitwan :

>> Les photos de mon passage à Chitwan :

Kathmandu


>> Capitale du Népal, la ville de Kathmandu s'élève à 1 350 m d'altitude et comporte environ 1,5 million d'habitants. Entourée par de moyennes montagnes, Kathmandu et ses villes voisines de Patan et Bhaktapur forment la vallée de Kathmandu.

Kathmandu est une des villes les plus polluées d'Asie. Dans les années 1960, elle était une destination priviligiée pour les hippies (le commerce du hashish a été autorisé jusqu'en 1973). L'arrivée à KTM et les premières sensations confirment que l'on est bien dans une ville asiatique : des véhicules partout et un semblant de code de la route, des bruit des klaxons omniprésents, des policiers aux croisements gesticulant comme des pantins ainsi qu'une pollution suffocante. Quelques heures passées dans le coeur de la ville nous ferons découvrir des aspects bien plus séduisants de la ville.

La ville regorge de monuments religieux et grouille de vie. On est surpris par la spiritualité ambiante et le nombre de déités vénérées. Le "Durbar Square" est magnifique : pas seulement un arrêt-photo pour touristes mais aussi un lieu de vie pour les népalais. On peut cependant regretter que l'entrée soit payante pour les touristes et l'omniprésence de guides ou prétendus comme tels, style pot de colle. Le quartier se prête aussi aux achats : tissus, figurines, poteries... à négocier bien sûr.

Le quartier de Thamel, situé au Nord de la ville, est dédié aux touristes avec de très nombreuses boutiques et agents de change. On peut trouver de tout : équipement pour le trekking à foison (sac à dos, chaussures, sacs de couchage, gourdes...), souvenirs, alimentation, une multitude de bars et restaurants ... C'est impressionnant de voir le nombre de boutiques dédiées au trek !

A faire aussi, une promenade en rickshaw (pousse-pousse). L'occasion de se rendre compte de la masse de la foule et de mieux observer son environnement pour un tarif dérisoire. Surprenant le sentiment de bien être dans la ville, même le soir : alors que dans beaucoup d'autres endroits on aurait un sentiement d'insécurité, ici c'est agréable de déambuler dans les ruelles de la ville. Aveuglement d'un touriste ou réalité ? Notre guide népalais semble confirmer notre ressenti.

>> Retrouvez le récit de cette visite :

>> Retrouvez l'intégralité du récit de mon voyage :

>> Carte de Kathmandu :

>> Les photos de mon passage à Kathmandu :

Marpha


>> Un petit mot sur Marpha, village de la vallée de Kali Gandaki. C'est un superbe village, aux ruelles propres bordées de maisons avec de superbes portes en bois. Un labyrinthe bien sympathique dans lequel on souhaite se perdre pour mieux découvrir le village ! Des boutiques, de la vie et un monastère bouddhiste accessible par des marches bordées des habituels moulins à prières. Le monastère domine le village, l'occasion d'un joli point de vue. Halte obligatoire si vous passez par là !

>> Retrouvez le récit de cette visite :

>> Retrouvez l'intégralité du récit de mon voyage :

>> Les photos de mon passage à Marpha :

Pashupatinath


>> Pashupatinah (aussi appelé Pashupati) est le plus important lieu de crémation du Népal et un sanctuaire hindou dédié à Shiva. Pashupatinah est traversée par la rivière Bagmati (affuent du Gange) sur laquelle se font les crémations.

A nouveau, on en prend plein les yeux, les oreilles et les narines. L'ambiance indienne est omniprésente. Des vaches sacrées envahissent l'espace et la route avec la bénédiction des habitants. L'entrée du site est payante pour les touristes. Le temple principal, où siège un magnifique taureau doré représentant Nandi que l'on aperçoit derrière l'entrée, est interdit aux non hindous.

Sur les bords de la rivière, nous assistons à une crémation. Emotion. Les scènes de crémation vues si souvent à la TV sur les bords du Gange en Inde ressurgissent. C'est troublant.

En s'écartant de la zone de crémation, on trouve facilement des prêtes aux crânes rasés en train de prier (la plupart célèbrent ainsi l'anniversaire de la mort d'un proche) et "d'authentiques" sadhus en train de méditer. En montant les marches qui mènent sur les hauteurs du site, au milieu d'une multitude de "mini-chapelles", on croise des singes et des népalais hindouistes. Les singes sont assez agressifs, tout le contraire des népalais si souriants. On redescend de l'autre côté de la colline, moins fréquenté, tout en écoutant notre guide qui nous parle des coutumes du pays.

>> Retrouvez le récit de cette visite :

>> Retrouvez l'intégralité du récit de mon voyage :

>> Carte de Pashupatinath :

>> Les photos de mon passage à Pashupatinath :

Pokhara


>> Pokhara, ville touristique située à 827m d'altitude, est la 3ème ville du Népal. Elle est située à 180km au nord-ouest de KTM. La ville se trouve à un point stratégique : plusieurs treks son possibles au départ de la ville et son aéroport permet de se rendre à KTM, Manang ou Jomsom.

On trouve de nombreux hôtels et restaurants dans la ville ainsi qu'une multitude de boutiques en tout genre : jus de fruits frais, vente de CD de musique népalaise ou tibetaine, souvenirs... De Pokhara, on a une magnifique vue sur les sommets enneigés des Annapurnas et en particulier sur la majestueuse montagne sacrée Machhapuchhare (6993m). Le lac Phewa Tal quant à lui donne lieu à d'agréables promenades : on peut se rendre en barque sur un îlot sur lequel repose un ravissant petit temple ou le traverser pour monter ensuite sur une petite colline au sommet de laquelle on trouve un joli stupa blanc, le Shanti Stupa (Stupa de Paix). Sur chacune de ses faces se trouve une niche contenant une représentation dorée de Bouddha. Vue sur Pokhara et la chaîne des Annapurnas d'un côté, une vallée de l'autre.

Pokhara, c'est aussi notre point de départ pour le sud du pays et... le nom d'un album de Yannick Noah ! Lisez ici une interview de l'artiste.

>> Retrouvez le récit de cette visite : et

>> Retrouvez l'intégralité du récit de mon voyage :

>> Les photos de mon passage à Pokhara :

Poon Hill


>> La colline de Poon Hill (3200m) est accesible depuis Ghorepani, village étape du trek de Jomsom ou du tour des Annapurnas. C'est une sorte de pèlerinage pour le randonneur de passage, la vue sur la chaîne des Annapurnas étant grandiose. Lieu idéal aussi pour assister à un lever de soleil sur les montagnes népalaises.

>> Le soleil se levant particulièrement tôt au Népal, la montée à Poon Hill s'effectue de nuit avec un départ de Ghorepani à 4h45 en ce qui nous concerne. Une évidence : presque tous les randonneurs du coin font pareil et c'est une véritable procession illuminée par les torches et frontales, à défaut de spiritualité, qui part à l'assaut de ce spectacle de la nature.

Au sommet, surprise : une petite case tenue par des népalais distribue du café et du thé. C'est un peu suréaliste : brouillard, tour d'observation, petits bancs pour s'asseoir... Ces bancs sont gelés, nous sommes collés dessus (au sens propre du terme), il fait froid. Le brouillard joue avec nos nerfs mais finalement nous pouvons contempler l'embrasement des montagnes sous les rayons du soleil.

>> Retrouvez le récit de cette visite :

>> Retrouvez l'intégralité du récit de mon voyage :

>> Les photos de mon passage à Poon Hill :



Copyright © 2007 par www.vadrouilleur.fr
Tous droits réservés