Etats-Unis 2008 
Jour après jour
Légende utilisée :
Texte : bulle explicative associée (info, anecdote...)
Texte : photo associée à droite de la page

 

 Jour 5 : Sacramento -> Las Vegas

  Consultation carte
  Lundi 22 septembre - Jour de 6h54 (heure Sacramento) à 18h37 (heure Las Vegas)

>> Petit-déjeuner sur le bateau, pourquoi s'en priver ? L'arrivée tardive la veille à Sacramento ne nous a pas permis de visiter le Capitole et ce n'est pas ce matin que l'on aura le temps : on doit aller à l'aéroport de la ville pour prendre un vol à destination de Las vegas, convocation au guichet de la compagnie US Airways pour 11h45 avec un vol programmé à 13h45, et nous devons aussi y rendre la voiture. On flâne à nouveau aux alentours du bateau, dans Old Sacramento, et on se fait préciser à l'accueil de l'hôtel la route pour rejoindre l'aéroport. Le jeune "valet" va nous chercher la voiture et nous aide à charger les bagages, l'occasion de perdre quelques $ de plus ! Moteur !

  La route jusqu'à l'aéroport se fait sans problème particulier ; dépose du véhicule à l'agence Dollar de l'aéroport : rapide, efficace, tout est réglé en un éclair. Petite navette pour nous rendre jusqu'au terminal A de la compagnie US Airways. Le vol a été réservé par internet. Vérification d'usage (passeport...) et enregistrement des bagages : 20kg autorisé pour chacun, on est bien en dessous. Pas de souci au guichet, idem au passage de la sécurité. On peut maintenant faire un tour dans l'aéroport : propre, agréable. On observe un peu les commerces de boissons (café, soda..), les "Beverages" : il y a de grands distributeurs qui nous intriguent car ils nous semblent gratuits, les gens vont et viennent. Mais ce n'est pas le cas : il faut (quand même...) acheter une consommation et après on peut en prendre autant que l'on veut. Bien le principe ! On se rapproche de la salle d'embarquement : le vol est annoncé, on embarque. Durée prévue du vol : 1h22. Décollage. Vol sans émotion, approche de Las Vegas et de l'aéroport Mc Carran, on aperçoit les grands casinos. Atterrissage.

  Débarquement et récupération des bagages après avoir un peu cherché les tapis à bagages. Pour aller à l'hôtel, nous choisissons la solution taxi : il y a une file importante, en serpentin, mais du personnel est là pour répartir la foule entre les taxis et finalement le temps d'attente est très raisonnable. Nous indiquons à notre chauffeur notre hôtel-Casino, le Luxor. Il y a pas mal de circulation, ce qui nous laisse le temps de converser un peu avec notre chauffeur kenyan : il nous parle automobile en citant deux marques françaises (il connait vraiment ou il a bien appris sa leçon ?) et d'Obama dans lequel il fonde beaucoup d'espoirs. On arrive à l'hôtel, valises posées devant l'entrée, on est à Vegas devant le Luxor (pris ici de nuit)!

  En entrant, 2 statues du dieu Anubis nous encadrent... Le hall est immense, direction l'accueil où on nous donne les clés de la chambre n° 29020 et un plan de l'hôtel-Casino. Direction l'ascenseur, qui se déplace de façon oblique selon les arrêtes de la pyramide pour atteindre notre 29ème étage (l'hôtel en compte 30, nous sommes quasiment au sommet de la pyramide !!!). Déco égyptienne dans le hall, les couloirs... On arrive devant la chambre. Bizarre : la porte est 2 fois plus large que la normale. Et pour cause : quand on ouvre, surprise ; c'est une suite immense, il doit y avoir erreur ! Avant de repartir à l'accueil pour changer, nous faisons quand même le tour pour voir à quoi ça ressemble une suite de casino ! Il n'y a pas une mais 2 portes : la principale double puis une seconde entrée normale plus loin donnant dans le même couloir mais avec un autre n° de chambre (29022). C'est dire la longueur de la suite. Bar, salon... Je redescends, indique à la sympathique hôtesse qu'il doit y avoir erreur... "No, no" : on est surclassé ! Chouette alors, la suite c'est pour nous ! On visite alors la suite, passant de pièce en pièce, il faudrait presque un GPS pour ne pas se perdre ;-) La déco est bien entendu là aussi très égyptienne (chaises, murs...), la vue donne sur l'hôtel Mandalay Bay. Impressionnant, comme le nombre de serviettes dans la salle-de-bain d'ailleurs...



  C'est la fin d'après-midi : on décide de faire un petit tour rapide au sein même de l'hôtel. Dingue : les Sphinx, Obélisque orné de hiéroglyphes, et statues égyptiennes côtoient une enseigne McDonald dans l'hôtel, un restaurant asiatique ou encore un petit musée (le King Tut Museum). Les machines à sous se trouvent dans de grandes salles dédiées au jeu mais aussi dans les couloirs : au cas où on voudrait y jouer entre la salle et la chambre je suppose... S'il vous reste quelques $ après les machines à sous, on peut les dépenser en se faisant prendre en photo auprès de l'obélisque. Bref, on ne lésine pas sur les moyens dans le coin. On ne s'attarde pas plus, visite plus complète le lendemain, on décide de se faire à pieds la première partie du boulevard (strip) pour voir ses fameux casinos. A noter qu'il est possible d'aller jusqu'à l'Excalibur dans une sorte de métro aérien qui se prend dans l'hôtel même ! Il y a du monde et il fait chaud, normal à LV. Durant la remontée du strip, nous passons devant :
_ l'Excalibur, château aux couleurs chatoyantes, on se croirait chez Disney !
_ le New York-New York et sa réplique 1/2 de la statue de la liberté,
_ le Monte-Carlo
_ et un peu plus haut, sur le trottoir d'en face on admire le très réussi Paris-Las Vegas.

  Il est vite 20h30, l'heure d'aller admirer les fontaines du Bellagio, jeu d'eau magnifique sur un lac artificiel de 3 hectares. A l'intérieur architecture toscane et plafond haut perché aux 2000 fleurs de verre coloré. C'est dans ce casino que se trouve le célèbre spectacle "O", du Cirque du soleil. Nous traversons sur une des passerelles surplombant le strip pour aller au grandiose Venetian : ambiance italienne avec ses gondoles et gondoliers sur un canal intérieur, son Palais des Doges. Le plafond est magnifique : ciel bleu avec quelques nuages, effet saisissant. Les architectes se sont déchaînés par ici ! Peut-être viennent-ils tout droit de la fameuse zone 51 pas si loin que ça... On trouve de nombreuses boutiques, cet hôtel est une ville à part entière ! Nous sortons. L'impression laissée par ces premières visite est très contrastée : on admire le travail de décoration et les efforts déployés par chaque casino mais on a l'impression de visiter un parc d'attraction et côté ambiance c'est la saturation et le mal-être qui s'installe : le monde, les bruits, les enseignes lumineuses à foison, la chaleur...

   Il fait nuit, il fait faim : nous interceptons un taxi pour aller sur Freemont Street et sa célèbre Freemont Experience. Nous passons devant l'hôtel-casino Stratosphere, 350m de haut et une vue panoramique à 360°sur la ville. Le taxi nous laisse au bout de Freemont Street, on s'arrête dans une épicerie pour acheter de l'eau. Là on entend l'ambiance qui change dans la rue : voilà l'heure de cette "Experience" ! Vite, sortons voir ! Là il faut avouer que c'est spectaculaire : bruyant de trop (ça fait du bien quand ça s'arrête) mais spectaculaire. Concert de Queen sur ciel d'images. Ouaaah... Passé ces quelques minutes, 6 exactement, la foule reprend son va et vient, les enseignes se rallument. Pour nous qui n'avons toujours pas mangé, direction le casino Nugget's pour son buffet réputé. Nous entrons : fermé ! Le buffet n'est plus ouvert après 22h, il est... 22h08 ! Zut de zut, on se faisait une joie d'y manger (bon retour d'expérience sur les forums et les guides) et on était prêt à faire honneur au buffet. On n'aurait pas pensé qu'il fermait si "tôt" : on est aux EU, qui plus est à LV ville qui ne dort jamais soi-disant ! Le casino Nugget's lui est bien ouvert mais on n'est pas venu pour jouer... Reste à trouver un autre resto maintenant: après avoir tourné pendant 10 minutes, on tente un McDo, l'occasion de voir ce qu'il vaut en version locale. Là avouons-le sans détour, c'est la déception, c'est pas top. Pire que chez nous avec des frites grasses, des locaux pas très propres et un burger qui ne casse pas des briques. On est passé de l'espoir d'un super buffet au Nugget's à un Mc Do pitoyable ! Boouuuuuh. Sortie du resto, re-taxi pour rentrer au Luxor. La virée sur Freemont nous aura quand même coutée 20$ (aller) et 24$ (retour), sans les pourboires... Chères finalement les quelques minutes de Freemont Experience :-(


   

 

Les photos du jour

 Jour 6 : Las Vegas -> Saint-George (Utah)

  Consultation carte - Trajet estimé : 1h53 minutes pour 114 miles
  Mardi 23 septembre - Jour de 6h30 (heure Las Vegas) à 19h27 (heure Utah)

>> Réveil, lever 7h00, rhume pour moi et interrogation : où petit-déjeuner ? On ne souhaite pas perdre trop de temps à chercher et on se dit que l'on doit trouver notre bonheur dans cet immense Luxor. Pas facile en fait car on ne trouve pas grand-chose, le resto asiatique n'est pas ouvert à cette heure-ci et nous nous rabattons sur un stand (le BackStage Deli) avec un menu bien tristounet : assiettes froides de salade/tomates/câpres/oignons crus/fromage type "Kiri"/saumon fumé et des muffins à emporter (ouf sauvés...). Un peu minable quand même pour un hôtel de cette taille et de ce standing. A moins que l'on ait mal cherché, c'est très possible aussi ! On dépose les bagages à la consigne de l'hôtel puis on finit de visiter les zones de l'hôtel non faites la veille ; enfin on sort du Luxor pour refaire de jours quelques casinos que l'on avait zappés :
_ on repasse devant l'Excalibur,
_ on entre plus loin dans le Caesar Palace aux décorations de Rome antique (statues de marbre, etc)
_ en face, on note la présence d'une façade pas banale : celle du Harley Davidson Cafe
_ puis le Mirage avec ses cascades, sa pseudo jungle et son faux volcan qui régulièrement entre en éruption
_ et enfin le Treasure Island et son ambiance Caraïbes, un bateau de pirates plantant le décor.

   A chaque fois on entre avec le même bonheur dans un casino : non pas pour les machines à sous mais parce qu'il y fait frais par rapport au dehors... On passe sur l'autre trottoir pour aller explorer en détail le Paris. Il est magnifique ce casino, et bien entendu il nous touche plus particulièrement car il représente ici la France, un peu comme le fait le pavillon français lors des expos universelles. A l'extérieur, on voit la tour Eiffel, l'Arc de triomphe, l'Opéra. A l'intérieur, c'est impressionnant aussi : ciel bleu comme dans le Venetian. On y trouve des cafés à la parisienne, le pont Alexandre III et un des pieds de la tour Eiffel. Très réussi. Toujours le bruit infernal des machines à sous mais ça, c'est le lot de chaque casino. Au moins les machines sont faciles à trouver ! J'achète une carte téléphonique prépayée à un distributeur : elle nous sera bien utile pour donner des nouvelles à la famille.

  Aujourd'hui, nous devons aussi récupérer au Luxor, avant 15h30, un véhicule réservé par internet. Restera un choix à faire : est-ce que nous restons une nuit de plus à LV en se déplaçant en voiture, ou est-ce que nous quittons la ville ? Nous n'avions pas réservé pour le soir, justement pour se garder de la liberté sur le planning. Entre la visite d'un gigantesque parc d'attraction, Las Vegas, et l'appel des grands parcs américains (Zion, Bryce Canyon...), le choix est vite fait : partir d'ici ! Parcourir les casinos en enfilade pendant des heures, ça va un temps... Pour rentrer à l'hôtel, le bon plan c'est le bus : une ligne, The Deuce, parcourt tout le strip. A utiliser sans modération car pratique et abordable. Un arrêt est proche du Luxor. Arrivés à l'hôtel à 14h, nous nous dirigeons vers l'accueil au comptoir réservations auto. Il y a un peu de monde mais nous passons rapidement. Les papiers sont vite faits et nous prenons le GPS cette fois-ci ; on nous donne les clés, la voiture sera à rendre à l'aéroport de Los Angeles. Récupération des bagages à la consigne, achat d'eau dans une boutique de l'hôtel (cher : 3,25 $... à éviter) et direction le parking en suivant le plan donné par l'hôtesse : nous passons à côté de la piscine où pataugent pas mal de monde. Chouette, l'idée de voir les parcs pendant que d'autres vont se cramer au soleil brûlant de LV est motivante. Nous chargeons la Jeep Liberty, dont les 4 roues motrices sont débrayables (condition sine qua non de notre location). J'avais envisagé un PT Cruiser mais abandonné cette idée en raison du coffre trop petit et de l'incertitude de son comportement sur les quelques pistes en terre à venir. Quant à prendre une Ford Mustang, choix tentant mais déraisonnable...

  Contact et quelques secondes de réflexion pour se rappeler le B.A.BA de la conduite d'une voiture automatique. En route pour un supermarché repéré sur l'annuaire disponible dans la chambre de l'hôtel : nous entrons l'adresse sur le GPS, le guidage commence. Pas de chance : nous tombons rapidement sur des travaux ce qui nous fait perdre du temps. Chance : nous passons devant un autre supermarché, un Wal Mart : stop. C'est l'heure des courses avec pour thème principal l'achat de matériel de camping pour les nuits camping prévues aux parcs de Bryce Canyon, Arche et Grand Canyon. Au passage à la caisse nous utilisons des Travellers Cheques American Express achetés en France : la caissière ne savait pas si le magasin les acceptait. Après s'être renseignée, elle revient et les prend. Toujours avec le sourire et en s'excusant. On est tout confus d'avoir fait attendre la file et c'est nous maintenant qui nous excusons pour le dérangement... Un enfant est là pour charger les sacs en plastique pour quelques pièces de monnaie. Chargement du véhicule et c'est parti pour cette fois-ci 12 jours de route jusqu'à Los Angeles avec pour prochaine destination le parc de Zion dont nous allons essayer de nous rapprocher ce soir. Il faut compter environ 2h45 pour le trajet. Nous quittons Las vegas après avoir dépensé sur les machines à sous... 3$ !!! On ne sera pas ruiné cette fois-ci ;-) Sur la route, on zappe Valley of Fire pour gagner du temps et faire un rapproché intéressant vers Zion. Si vous avez le temps, il paraît que c'est joli...







   Après être enfin sorti de la ville aux ordres de Miss GPS et plusieurs "recalculating..." de trajet par la même Miss GPS, nous roulons sereinement sur les routes US en respectant scrupuleusement les limitations de vitesse. La nuit approchant, il devient urgent de trouver un hôtel. Plusieurs options : viser la petite ville de Rockville toute proche de Zion, la touristique Springdale ou Saint-George après la mi-route. Rockville nous semble bien loin, Springdale possède pas mal d'hôtels mais c'est un lieu privilégié pour les touristes et aucune certitude d'y trouver une chambre en arrivant à l'improviste. On choisit donc St-George que nous atteignons de nuit, vers 20h. Nous prenons l'artère principale, St-George Boulevard, et nous nous arrêtons à un motel Super 8, grande chaîne hôtelière aux EU. L'accueil est chaleureux, la chambre grande, mais c'est le format standard aux EU. Nous partons sans tarder chercher à proximité un restaurant et par hasard nous tombons sur un super resto asiatique : le Mandarin Buffet. Buffet à volonté, bon et varié. On s'attarde à table en voulant goûter à tout.

   

 

Les photos du jour

 Jour 7 : St-George -> Zion Park -> Bryce Canyon Park

  Consultation carte - Trajet estimé : 2h54 minutes pour 124 miles
  Mercredi 24 septembre - Jour de 7h22 à 19h21

>> 7h05 : petit-déjeuner à l'hôtel pour faire le plein d'énergie pour la journée avant Zion. Céréales, fruits, confitures, café... Nous faisons le plein d'essence pour la première fois sur St Georges Bd. La pompe fonctionne avec un système de verrou sur le pistolet ; on passe systématiquement en boutique avant de se servir en ayant au préalable indiqué pour qu'elle somme on allait en avoir (!). Pas pratique. C'est enfin le départ vers notre premier grand parc américain. Il reste environ 1h20 de route pour arriver à l'entrée sud du parc, c'est-à-dire par la route 9 et la petite ville de Springdale. Arrivé à l'entrée de Zion, nous nous arrêtons à la cabane-péage : nous achetons le Pass America The Beautiful qui permet l'accès à de nombreux parcs américains pour 80 $. Le parc s'ouvre à nous, le décor est fait de montagne de roches ocres. Nous nous arrêtons au Visitor Center, sorte d'office de tourisme dédié à un parc, toujours riche en informations. Il fait 71° F (= 22°C). Puis direction une des navettes gratuites, les Zion Shuttle, toute proche. Ces navettes font un circuit dans le parc et peuvent vous déposer à des points de départ de randonnée ou par exemple au Zion Lodge, pour les chanceux qui y logent : il paraît qu'il faut réserver presque 2 ans avant, ou à la dernière minute pour récupérer un désistement. Nous montons dans une des navettes en repérant bien sur le plan papier l'arrêt auquel il nous faut descendre pour faire la randonnée choisie : l'Angel's Landing Trail. Il y a bien sûr plusieurs randonnées intéressantes à faire à Zion et le choix n'est pas évident. A bord de la navette, le chauffeur fait des commentaires sur le parc et sur ce que l'on peut y voir au fur et à mesure de l'avancée de la navette. Le goudron de la route est rouge pour mieux se fondre au décor.

  Nous descendons à l'arrêt The Grotto : la randonnée débute en traversant une passerelle et en suivant le chemin de West Rim Trail tout en longeant brièvement la Virgin River puis c'est le début de la montée. Il fait très beau mais le soleil ne donne pas encore pleinement dans le canyon, il faudra attendre un peu pour les photos. On est à découvert, il fait vite chaud en marchant. On passe un coin à l'ombre, ça fait du bien : c'est Refrigerator Canyon. Il doit son nom aux quelques mètres d'ombre que l'on y trouve ? Sur la fin de la montée, devenue assez raide, on passe les Walter Wiggles : 21 virages serrés aux murs de pierre. On aperçoit en contre-bas la rivière dans le canyon, avec un beau dégagé pour une photo (ci-contre prise au retour). Puis c'est l'arrivée au Scout Lookout, endroit où les choses se compliquent pour ceux qui comme moi ont le vertige ! En effet, les 800 derniers mètres d'Angel's Landing se font sur l'étroite crête surplombant le canyon de 450m. Des chaînes permettent de s'accrocher aux parois pour les courageux... et téméraires qui continuent. Ce sera sans moi mais apparemment la plupart des gens poursuivent le chemin, ce doit donc être faisable sans grosse frayeur. Il nous a fallu 40 minutes pour arriver jusque-là : on s'attendait à une marche beaucoup plus longue mais c'est vrai que l'on a marché vite. Presque dommage, on est déjà en haut ! Une cabine-toilette a été installée ici, c'est une bonne idée pour préserver la nature de quelques souvenirs que pourraient laisser les touristes mais elle n'est pas très propre (excusable vu la situation géographique de la cabine). On voit depuis Scout Lookout la montée étroite vers Angel's Landing qui culmine à 1763m. On pose les sacs pour profiter de l'endroit, ce qui a pour effet d'attirer de nouveaux amis ... Amis curieux et surtout habitués de voir des randonneurs et... leurs sacs. Les points de vue sont sympathiques, on s'attarde un peu pour apprécier le site. Après quelques minutes, je continue un peu la montée sur un autre sentier qui va vers West Rim Spring ; il n'y a plus personne à cet endroit et on peut voir la crête de l'Angel's landing sous un autre angle. Il faut se décider à partir malgré tout : on a de la route à faire vers le parc de Bryce Canyon terme de la journée.

   Nous redescendons, maintenant le soleil est bien plus haut et le canyon éclairé : séance photos. Passage aux 21 virages où ceux qui descendent sont fringants et ceux qui grimpent sont en sueur et épuisés : courage vous y êtes presque... Nous voilà rapidement revenus à l'arrêt de la navette ; nous la prenons pour finir le tour complet du circuit du parc, avec toujours les commentaires du chauffeur. La navette va jusqu'à l'arrêt Temple of Sinawava, endroit où elle fait demi-tour pour remontée la Zion Canyon Scenic drive. C'est le retour au parking de départ, il fait maintenant très chaud (97°F = 36°C au soleil). Le temps de se rafraîchir et de se changer puis on prend la route à destination du parc de Bryce Canyon non sans s'être arrêté à un petit commerce situé près de l'entrée pour acheter des provisions. Nous prévoyons environ 1h50 de trajet, sans compter d'éventuels arrêts bien entendu, pour atteindre Bryce et ses célèbres cheminées de fée.

   Nous prenons donc la route 9 qui grimpe en lacets jusqu'à un premier tunnel (payant pour les gros gabarits) : 1,8 km de traversée. De jolis points de vue s'offrent encore à nous. A la sortie du tunnel, nous nous arrêtons sur un parking pour faire la randonnée Canyon Overlook Trail. qui chemine à flanc de canyon. Mais devant la chaleur ambiante malgré l'altitude, nous faisons demi-tour en court de chemin pour regagner la voiture et reprendre la route vers Bryce. Des contours harmonieux se dessinent parfois sur les roches blanches ou rouges, c'est du plus bel effet avec un magnifique ciel bleu. L'occasion de nouvelles poses photos. Un second tunnel se présente, beaucoup plus court que le premier. Puis on trace jusqu'au nord de Bryce via la route 9, 89 et enfin la magnifique route panoramique 12 qui nous amène aux portes de Bryce Canyon que l'on atteint en empruntant brièvement la 63. Au passage, nous nous sommes arrêtés devant l'entrée du Red Canyon mais nous avons préféré continuer vers Bryce et arriver à temps pour voir le coucher de soleil à Sunset Point situé près de l'entrée où notre beautiful pass le bien nommé nous permet de passer rapidement. Passage par l'accueil du camping North Campground (situé dans le parc) pour prendre possession de notre réservation faite par internet puis planter la tente avant la nuit approchante. C'est facile de se repérer : plusieurs boucles (A, B, C et D) et un n° d'emplacement. L'installation terminée, c'est la ruée vers SunSet point où on arrive juste à l'heure : le ciel dégagé commence à prendre des couleurs chaudes. L'amphithéâtre est tel qu'attendu : splendide. Mais il est orienté à l'Est et le coucher de soleil n'embrase pas l'amphithéâtre, il y produit cependant des teintes changeantes et des jeux d'ombres étonnants sur les hoodoos , tels des minarets dressés par on ne sait qu'elle force dans l'amphithéâtre. Spectacle qui ne dure que quelques courtes minutes, le temps que maître soleil tire sa révérence. Nous voilà dans la nuit débutante debout face à Bryce Canyon : il est temps de retourner au camping. Un petit tour à pieds vers le Visitor Center (fermé depuis peu) me permet de croiser des cervidés qui profitent de l'arrivée de la nuit pour manger tranquillement. Sympa d'être hébergé dans le parc ! Nous prenons notre repas en dehors du parc, dans le restaurant qui se trouve juste après la sortie : le Capitol & Riff Inn.

   
  Les photos du jour
 

 Jour 8 : Bryce Canyon Park -> Torrey (Utah)

  Consultation carte - Trajet estimé : 2h35 minutes pour 115.47 miles
  Jeudi 25 septembre - Jour de 7h19 à 19h17

>> Au petit matin, on aperçoit encore des petits cerfs qui rôdent autour du camping. Le petit-déjeuner se fait avec les quelques provisions que nous avons, puis c'est déjà l'heure de replier la tente et de ranger les affaires dans le coffre de la voiture. Direction toute proche : le parking du SunRise Point, lieu de départ de notre randonnée qui enchaîne 2 balades dans le parc, celles de Queens Garden et Navajo Loop permettant de faire une boucle dans le parc (SunRise->SunSet->SunRise). Il est vraiment coloré et surprenant ce parc : mélange de roches rouges, de sable blanc, d'arbres verts. C'est la surprise à chacun des multiples recoins et méandres du sentier : ici une petite arche, là une zone d'ombre bien agréable et toujours les fameux hoodoos, ici à SunSet point puis SunRise Point, omniprésents quelle que soit la direction dans laquelle on se tourne. Magnifique. La remontée en fin de balade est un peu rude au milieu de parois rocheuses mais à nouveau surprenante par la hauteur des parois. Des touristes se font remarqués en "gueulant" et comme d'habitude ce sont des français... nous regagnons notre voiture un peu navré de l'image donnée par nos compatriotes. Pas de quoi gâcher le spectacle cependant ! Nous continuons ensuite la visite en remontant la route du parc vers des zones plus vertes. Il y a bien une navette gratuite qui parcoure le parc mais elle ne va que jusqu'à Bryce Point, situé après Inspiration Point, et pas jusqu'au bout de la route du parc. Un indicateur indique une altitude de 7800 pieds (= environ 2400 mètres) puis un panneau lumineux déposé sur la route signale un incendie, la prudence est demandée aux automobilistes. Nous faisons quelques autres arrêts , dont Aqua Canyon, mais n'allons pas jusqu'à la pointe du parc (Yovimpa Point). C'est l'heure de partir...

   Nous sortons et reprenons la route panoramique 12 qui mène à la petite ville de Torrey où nous passerons la nuit. La route est agréable et les points de vue sont souvent superbes invitant à des poses photos. Un panneau indique un passage à 9600 pieds, soit environ plus de 2900m ! Une nouvelle fois, nous arrivons en toute fin d'après-midi, les distances à parcourir étant importantes nous obligeant à zapper des sites intéressants : Lower Calf Creek Falls, Kodachrome Bassin. Petit problème à Torrey lors de l'arrivée à notre motel : aucune chambre n'est disponible, et la personne de l'accueil n'a pas trace de notre réservation faite par internet. Heureusement, j'avais imprimé le courriel de confirmation de l'hôtel et la personne doit bien se rendre à l'évidence : ils se sont plantés. Ils appellent alors les autres hôtels pour nous dénicher, difficilement, une autre chambre. Ouf... Ils se sont bien démenés et ont rattrappés le coup. Grosse frayeur quand même. Plus tard dans la soirée, nous passerons à une laverie à côté de notre motel "manqué" pour refaire notre stock de linge propre. Prévoir des pièces de "25 cents" (quarters)... ou faire des échanges à l'hôtel car un lavage revient à 1,5$ à payer avec ces fameux quarters.

   Le repas du soir s'est fait dans un cadre et une ambiance sympathique : au Capitol Reef Inn & Cafe. Serveuses aux petits soins pour nous, repas généreux... Bref, je le recommande vivement.

   Anecdote du jour, vécue sur la route aujourd'hui : si vous voyez un panneau avec marqué Do not pass, même avec des drapeaux rouges flottant dessus, faut pas s'arrêter... Ca veut dire "ne pas doubler" et non "ne pas passer", en raison de travaux par exemple. Nous on a pilé ! Et on s'est dit pendant quelques petites secondes que les américains étaient bien gonflés de passer... Pfff... Variante aperçue : No passing zone.





   
  Les photos du jour
 
 Précédent | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Suivant